Mort par bastonnade d’un étudiant à Labé : sa famille livre sa version des faits et dément Madifing Diané (Déclaration)

0
581

La famille de l’étudiant Amadou Boukariou Baldé, tué vendredi dernier dans des heurts avec les forces de l’ordre, à l’université de Labé, a livré ce dimanche sa version des faits à propos des événements dans lesquels leur fils, a perdu la vie.

Dans une Déclaration prise à cet effet et dont copie a été transmise à notre rédaction, la famille dénonce des manquements dans la procédure administrative.

Elle a aussi démenti les propos du gouverneur de Labé, qui soutient avoir échangé avec le père de la victime.

Ci-dessous, l’intégralité de cette Déclaration signée du père de feu Amadou Boukariou Baldé :

Dans l’après-midi du vendredi 31 mai 2019, nous avons été informés par des étudiants que notre fils Amadou Boukariou Baldé a été blessé par des agents des forces de l’ordre suite aux émeutes ayant touché l’Université de Labé. Sur le champ, le père et la mère se sont mis en route.

Les premiers échanges avec le personnel médical ayant pris en charge le patient nous ont fait savoir qu’en l’état actuel une évacuation vers Conakry n’était pas possible. C’est ainsi que les parents ont continué le voyage vers Labé. Contre toute attente, aux alentours de 20 heures, nous avons été informés qu’une évacuation vers Co    nakry était en train d’être planifiée : ce soudain revirement nous a inquiétés ! C’est ainsi que les parents d’Amadou ont été programmés d’attendre l’ambulance à l’hôpital de Dalaba pour les embarquer pour le retour à Conakry.

L’attente ayant trop duré, vue le temps nécessaire à une ambulance pour le trajet Labé-Dalaba, l’inquiétude est allée crescendo et la nouvelle tant redoutée a été vue sur internet.

Vue l’incohérence de la procédure administrative, la famille à Conakry s’est réunie pour se préparer au pire et pour faire revenir les malheureux parents largués à Dalaba et abandonnés à leur sort ; ils ne trouvèrent le salut que grâce à un étudiant de Télimélé à Dalaba qui les retrouva pour les héberger dans sa chambre vers une heure du matin.

C’est le lendemain qu’ils purent s’embarquer vers 7 heures du matin pour Conakry où ils arrivèrent à 14 heures.

Dans la matinée du samedi 1er juin, le médecin accompagnant l’ambulance confirma au téléphone à la famille que le corps de Amadou est à la morgue de l’hôpital Ignace Deen. Après la levée de l’interdiction de circuler le samedi à 11 heures, une délégation de la famille s’est rendue à la morgue et a effectivement reconnu le corps de Amadou.

La famille remercie les étudiants qui ont pris le risque de venir ramasser notre fils là où les forces de l’ordre l’ont abandonné après l’avoir bastonné. Ces braves jeunes l’ont transporté sur une moto pour l’infirmerie de l’Université.

La famille ose espérer que la promesse du ministre de l’Enseignement supérieur (à l’occasion de sa présentation des condoléances) de faire la lumière sur ce meurtre sera tenue.

En attendant, la famille apporte un démenti catégorique aux allégations du Gouverneur Madifing Dianéfaisant croire qu’elle a échangé avec une quelconque autorité de Labé.

Pour la famille

Le père de la victime

Mamadou Mouctar Baldé

Source : mosaqieguinee.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here