Assassinat de l’étudiant à Labé : ses amis comptent aller jusqu’au bout

0
216

Les différentes structures estudiantines de Guinée sont décidées à préserver la vie des étudiants du pays. Ses membres veulent que l’assassinat d’Amadou Boukariou Baldé soit le premier et le dernier dans les campus.

Une vue de l’université Général Lansana Conté de Sonfonia (Conakry).

Contactée au téléphone par laplumeplus.com, Hadja Kadiatou Diallo une des responsables de communication du mouvement ‘’Justice pour Amadou’’, a réitéré l’appel de ses collègues : ‘’il faut que cet acte soit le premier et le dernier.  Pour ce faire, ils exigent l’identification et la sanction  des responsables de ce crime.’’

Se prononçant sur une demande de renvoi du recteur de l’université de Labé, Elhadj Mamadou Dian Gongorè Diallo, Hadja Kadiatou Diallo est restée prudente. Elle souligne que le mouvement vise à soutenir les camarades de Labé qui ont subi les violences. Par conséquent, il reviendra à ces étudiants de décider du sort de leur première autorité et les autres suivront leur volonté, assure notre interlocutrice.

Sur le terrain, les universités restent fermées. Les étudiants lors d’une  réunion dimanche ont décidé de faire de ce lundi, une journée de deuil (sans cours) à la mémoire du défunt. Mais contre toute attente, le ministère de l’enseignement supérieur a également produit un communiqué décrétant un deuil d’une semaine pour la même cause. Difficile donc de savoir qui des deux  parties contrôlent le terrain. Mais pour Hadja Kadiatou, la réponse est simple, si le deuil vise à accompagner les étudiants  tant mieux.  Elle croit dure que le communiqué de son groupe ayant été le premier diffusé, c’est lui qui est suivi.

Une délégation des étudiants a rendu visite à la famille de la victime ce lundi  pour les condoléances d’usage avant l’enterrement prévu ce soir (17h) à Cosa, un secteurs de la banlieue de Conakry.

Dans les prochains jours, un symposium sera organisé pour honorer la mémoire d’Amadou Boukariou Baldé, tué ce week-end par les forces de l’ordre lors d’affrontements à l’université de Labé.  

Massamba

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here