Université de Labé : après les violences, les étudiants tentent de se réorganiser

0
309

Alors que l’assassinat d’Amadou Boukariou Baldé (licence 2 informatique) par des gendarmes hante les esprits, ses camarades de l’université de Labé, essaient malgré le choc de se retrouver pour peaufiner une stratégie commune. Une rencontre capitale est prévue dans les prochaines heures selon une source contactée par laplumeplus.com

En raison de l’ampleur de la violence, plusieurs étudiants ont été contraints de fuir Hafia, la localité qui abrite l’université.   

Tout a commencé jeudi quand des étudiants du département sociologie ont débrayé. Ils protestaient contre le sort réservé à trois de leurs camarades qui avaient fait un accident il y a maintenant 2 mois. L’un d’eux, Thiam a même subi une  amputation au pied. Avant  l’accident, il ne leur restait qu’une seule matière. C’est ainsi que les autres étudiants du département ont fait une doléance pour ne pas qu’ils reviennent faire l’évaluation dans cette situation. C’était sans compter avec la détermination du chef du département qui a opposé une fin de non-recevoir. Thiam qui est l’une des pièces maitresses de l’équipe de football universitaire a tout donné, il a validé 29 matières et il ne lui manquait qu’une seule, rapporte Chérif, un étudiant. Malgré tout, les responsables ont programmé l’évaluation finale jeudi, obligeant, Thiam et compagnie à rejoindre Labé au risque de ne recevoir leurs diplômes que l’année prochaine.  

C’est cette attitude qui a mis le feu aux poudres. Le problème a pris une nouvelle tournure vendredi quand des mécontents ont érigé des barricades sur le campus. Les responsables de l’université ont alors fait appel aux forces de l’ordre qui ont semé le chaos.

Plusieurs blessés ont été enregistrés dont des filles qui ont été tabassées.

Un des étudiants blessés

Finalement, le chef du département sociologie, un certain Monsieur Bentè a été démis de ses fonctions par le recteur Elhadj Mamadou Dian Gongoré Diallo.  

Vendredi nuit, le président des étudiants Aboubacar Camara avait condamné le comportement des forces de l’ordre avant de démentir les rumeurs qui circulaient autour de la mort d’un des étudiants. Il assurait que l’un des blessés était en route pour Conakry.

A Conakry aussi, les étudiants se mobilisent. Ils projettent une réunion dimanche pour exiger que la lumière soit faite concernant cet assassinat.

Mamadou Samba Sow, Mamadou Bhoye Barry pour laplumeplus.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here