La violence en milieu scolaire et universitaire : formes, causes, conséquences et moyens de prévention

0
22

L’un des phénomènes qui affecte négativement le système éducatif tant bien en Guinée qu’un peu partout ailleurs est, sans nul doute : la violence. Cette violence a plusieurs formes, des causes multiples et des conséquences désastreuses. En effet, l’une des définitions les plus complètes de la violence est rappelée par Dardel Jaouada : « il s’agit de l’usage d’un pouvoir (physique, hiérarchique, psychologique, moral ou social), de façon ouverte ou camouflée, spontanée ou délibérée, motivée ou non, par un individu, un groupe ou une collectivité, via ses comportements ou ses structures, qui a pour effet de contraindre ou de détruire, partiellement ou totalement, par des moyens physiques, psychologiques, moraux ou sociaux, un objet (biens matériels, personnes, symboles) afin d’assurer la réponse d’un besoin légitime ou réagir à ce besoin non comblé. » La violence a, principalement, quatre formes à savoir : les abus physiques, les négligences, les abus sexuels et les abus psychologiques. Les abus physiques : consistent par exemple à frapper par la main ou un objet ; les coups pendant les interclasses et le racket. En France, selon le Figaro, 17% des élèves enquêtés affirment avoir subi des violences d’ordre physique. Les négligences : constituent une absence ou un déficit de soins, d’attention vis-à-vis de l’élève ou l’étudiant et, cela a une répercussion grave sur l’intéressé comme nous le verrons un peu plus loin. Les abus sexuels : se manifestent par le viol, les attouchements et autres formes d’agressions sexuels. En France, 20% des élèves enquêtés affirment avoir fait l’objet de voyeurisme dans les toilettes, 14% soulignent avoir été forcés de se déshabiller et 20% contraints d’embrasser quelqu’un. En Guinée, le harcèlement sexuel et l’échange de notes contre le sexe sont très fréquents dans les établissements d’enseignement scolaires et universitaires. Les abus psychologiques : s’expliquent par la dépréciation, les injures, le rejet, la marginalisation,…Généralement, les enfants timides, sages ou bègues sont souvent victimes de ce genre d’abus. Pour ce qui est des causes, elles sont multiples et sont liées soit au système éducatif, soit à l’élève ou à sa famille voire à la société dans sa globalité. Les causes liées au système éducatif : le disfonctionnement du système éducatif tel le manque de formation des enseignants, la mauvaise relation entre enseignants et Direction scolaire, l’absence de contrôle peuvent, entre autres, être une source de violence. Les causes liées à l’élève : ce sont, entre autres : le manque d’éducation ou de suivi parental, le suivisme, le problème de rivalité, la compétition entre élèves-élèves, le mépris à l’égard de certains groupes ou classes sociales. Les causes liées à la famille et à la société : A ce niveau, nous pouvons citer : la crise économique, le chômage, l’exclusion, la télévision et le cinéma. Parlant des conséquences, elles sont à la fois psychologiques, physiques, comportementales et cognitives ou scolaires. Les conséquences psychologiques : Nous avons, entre autres : l’anxiété, la colère et l’irritabilité, les craintes et peurs, la tristesse, l’inquiétude face à l’avenir, l’insécurité, la dépression et l’idée suicidaire, le faible estime de soi. Les conséquences physiques : Notons parmi tant d’autres : le retard staturo-pondéral (retard de croissance), la perte de poids, les troubles psychosomatiques (maux de ventre, maux de tête,…), la perturbation des habitudes alimentaires, le trouble de sommeil, le cauchemar et la fatigue. Les conséquences comportementales : Ce sont : le gémissement, la crise et pleur excessif, la dépendance exagérée vis-à-vis de la mère, la recherche continue d’attention, le retrait, les comportements destructeurs et antisociaux (vandalisme, vol, cruauté envers les animaux,…), le déficience des habiletés sociales, de communication et de résolution de problèmes, la violence physique et verbal à l’égard des pairs, l’isolement social, la consommation d’alcool ou de drogues, la fugue, la prostitution, la délinquance et le suicide. Les conséquences cognitives ou scolaires : Nous avons, principalement : les déficiences des habiletés verbales, intellectuelles ou motrices, le problème d’apprentissage, les difficultés d’attention et/ou de concentration, la non réalisation des devoirs de maison, le retard sans motif ou absence scolaire, les mauvais résultats et l’abandon scolaire. A présent, parlons des moyens de prévention de la violence en milieu scolaire et universitaire. Nous avons à la fois des moyens liés à l’école, à la société et la famille.

Les moyens liés à l’école : il s’agira d’aider l’enseignant dans la gestion des classes, stopper la déperdition scolaire, instaurer les activités parascolaires et motiver l’élève. Les moyens liés à la société : il consistera d’éduquer les parents, contrôler les médias et les livres dans les bibliothèques, aider les victimes de la violence, renforcer la sécurité au niveau du contrôle de la drogue, créer des centres de formation pour les parents et les enfants. Les moyens liés à la famille : il sera question d’établir le dialogue Enfant/Famille, rétablir la famille comme pivot de toute éducation, retourner aux valeurs dans les familles et enseigner la religion dans les familles. En somme, retenons que la violence existe sous plusieurs formes en milieu scolaire et universitaire, ses causes sont multiples et ses conséquences désastreuses. Néanmoins, des moyens de prévention existent bel et bien afin d’éradiquer ou de limiter ses dégâts. Il est donc temps que les acteurs à tous les niveaux prennent les dispositions qui s’imposent pour le bien tant des élèves, des étudiants, des familles, des établissements d’enseignement mais aussi et surtout, pour la nation tout entière. Il reste à savoir : quand est-ce que l’éducation deviendra une priorité en Afrique.  

Aboubacar Mandela CAMARA, sociologue/enseignant-chercheur/consultant Tél. : 00224 628 13 36 09/Email : aboucamus86@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here