Education : comment prévenir et gérer les crises en Afrique ?

0
14

Presque chaque année le secteur de l’éducation est secoué par une série de crises récurrentes dans beaucoup de pays africains (Guinée, Mali, Bénin, Côte d’Ivoire,…). Un secteur pourtant stratégique en matière de développement, mais laissé pour compte dans la plus part des cas. Les pays africains, particulièrement francophones qui sont beaucoup en retard, doivent faire de l’éducation : la priorité fondamentale. Cela nécessite l’implication de tous les acteurs (États, société civile, parents d’élèves, élèves, partenaires techniques et financiers,…) et l’allocation d’une part importante du budget national de développement (au moins 20%). Par ailleurs, soulignons-le bien, l’éducation ne doit pas être instrumentalisée par les politiques (opposition et mouvance). Les revendications doivent être strictement sociales (amélioration des conditions de vie et de travail des professionnels de l’éducation). Pour limiter les crises récurrentes, revenons-en, les différents acteurs ci-haut cités doivent mettre en place des comités permanents de prévention, de promotion et de recommandation. L’Observatoire Citoyen du Système Éducatif Guinéen (OCSEG) en est un exemple. Il faudrait aussi que les gouvernements créent des  »fonds de la société civile pour l’éducation  » pour faciliter l’implication réelle des OSC (organisations de la société civile) qui seraient gérés par des comités mixes composés des représentants de tous les acteurs concernés.

Aboubacar Mandela CAMARA Sociologue /Consultant en éducation

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here